LA RESILIENCE DANS L’EDUCATION

Objectif:

Permettre aux élèves de développer des ressources pour transformer la pression en une opportunité d’améliorer leurs capacités d’apprentissage.

Valeur ajoutée:

Réduit le coût du stress dans l’éducation et permet une meilleure appropriation des savoirs.

POURQUOI ? Leurs difficultés

Le stress est aujourd’hui considéré comme le mal du siècle.

Selon l’organisation mondiale de la santé (OMS),
« Le stress est un déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement
et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face ».

Le stress est donc la peur de ne pas être à la hauteur des exigences de notre environnement.

Lorsqu’un élève ne trouve pas de solutions pour être à la hauteur des exigences scolaires,
il va donc se mettre à stresser.
Et s’il n’arrive pas à trouver de solution pour dépasser ce qui le fait stresser,
il risque de perdre confiance en lui.
Cette baisse de son estime personnelle risque alors d’impacter ses capacités d’apprentissages et son développement.

Car nous avons tous un seuil de tolérance au stress.

Une limite que notre système nerveux ne peut franchir sans déstabiliser notre équilibre physiologique comme psychologique.
Et si nous ne trouvons pas le moyen de rétablir notre équilibre,
c’est notre corps qui décompense avec son cortège de symptômes physiques et psychiques.
Toutes sortes de troubles physiologiques, affectifs, cognitifs ou comportementaux
peuvent alors nous empêcher d’avoir accès à tout notre potentiel.

De plus, l’état de stress d’un élève n’est pas flagrant immédiatement.
La plupart du temps, les exigences du monde moderne,
où les performances sont souvent synonymes de réussite et de valeur,
le pousseront à dissimuler son état pour ne pas décevoir.

Le stress devient alors comme une bombe à retardement
dont la pression continue à augmenter tant qu’elle n’est pas désarmée.

Et plus les élèves stressent, moins ils sont efficaces,
et moins ils sont efficaces, plus ils stressent.
C’est un cercle vicieux.

Et lorsque les symptômes se manifestent, il est souvent trop tard pour anticiper, il faut déjà réparer.

Pourtant, le stress est indispensable pour trouver les ressources supplémentaires
dont l’élève a besoin pour faire face aux exigences de ses apprentissages.

Le stress le prépare à l’action et l’aide à se mobiliser.

Selon l’institut de recherche du bien-être de la médecine santé (IRBMS), dans les mêmes circonstances,
le stress peut être vécu comme stimulant ou comme inhibant
selon qu’une personne aura des outils pour gérer la pression
et pourra exploiter le maximum de son potentiel,
ou qu’elle manquera d’outils et perdra accès à ses moyens.

Sans outils adéquats, la pression du stress peut donc entrainer des dommages collatéraux qui deviennent nuisibles aux apprentissages :
Sentiment de ne pas être à la hauteur
Perte de confiance
Mauvaise estime
Sentiment d’impuissance
Perte de motivation
Déficit de l’attention
Problème de concentration
Agitation
Dispersion
Troubles du sommeil
Baisse des résultats

Mais si l’élève sait comment canaliser la pression de son stress,
il peut alors en faire une ressource qui sera favorable à ses apprentissages :
Confiance en soi
Bonne estime personnelle
Souveraineté individuelle
Autonomie fonctionnelle
Motivation personnelle
Concentration ponctuelle
Efficacité pratique
Amélioration des résultats

Pour renforcer la tolérance au stress de vos élèves
et leur permettre de faire face aux exigences de leurs apprentissages,
pourquoi ne pas leur apprendre à se servir de la pression pour réussir ?

Pour aider vos élèves à gérer la pression du stress,
cliquez ici

COMMENT ? Leurs Besoins

Si vos élèves aussi se sentent parfois désemparés face à des exigences
dont
ils ne comprennent pas encore tous les tenants et les aboutissants,

si vos élèves se sentent parfois frustrés de ne pas arriver
à remettre à plus tard les bénéfices de leurs actions,

si vos élèves se sentent parfois démotivés à force de
ne pas arriver à canaliser des élans qui ne les servent pas toujours,

Continuez à lire, ce que vous allez découvrir va vous donner des idées.

Pendant longtemps, je perdais mes moyens face au stress.
Que ça soit dans les études, le sport, les relations ou le travail,
la peur de ne pas être à la hauteur,
des exigences de perfection
et le sabotage 
me poussaient à éviter l’obstacle ou à passer en force,
et ne m’ont laissé que déceptions et regrets.

J’ai dû me rendre à l’évidence, je gérais mal la pression.

Je me suis donc intéressé au cerveau humain et aux neurosciences
pour comprendre comment je pouvais dépasser ce qui me retenait.
J’ai alors découvert un système nerveux fascinant que la nature avait mis des millions d’années à façonner.
Néanmoins, ce miracle de l’évolution avait aussi les faiblesses de ses propres forces.

Notre expérience de la réalité passe par 4 parties de notre cerveau qui se sont élaborées les unes à partir des autres à travers le temps :

Notre cerveau reptilien d’abord qui conditionne notre PERCEPTION de la réalité.
Notre cerveau mammalien ensuite qui génère nos RESSENTIS par rapport à cette réalité.
Puis notre néocortex qui élabore nos CROYANCES quant à cette réalité.
Et enfin notre cortex préfrontal qui détermine nos COMPORTEMENTS dans cette réalité.

Nous percevons ensuite les conséquences de nos comportements,
qui susciteront de nouveaux ressentis,
de nouvelles croyances
et de nouveaux comportements ;
et c’est reparti pour un tour.

Or, dans la réalité humaine, le principe de responsabilité est censé remplacer la dictature du plaisir immédiat qui gouverne le monde sauvage.
La difficulté est que notre mental, qui définit ce qui est bien et ce qui est mal dans un monde civilisé, réagit au 10ème de seconde,
alors que nos perceptions parviennent à notre cerveau en 1/1000ème de seconde
et que les émotions qui en découlent peuvent nous submerger en 1/100ème de seconde.

En théorie, il est donc facile de rester zen,
mais dans le feu de l’action, lorsque le mental commence à réfléchir,
il est souvent trop tard
Les jeux sont déjà faits.

Le seul moyen pour que vos élèves ne se fasse pas prendre de vitesse par leur reptilien serait donc d’agir par anticipation.

Les aider à développer des ressources de résilience
alors qu’ils n’y sont pas encore obligés,
pour qu’ils soient prêts lorsqu’ils en auront besoin.

Ainsi, plutôt que de chercher à échapper à ce qui les menace,
ils se réjouiront d’aller vers ce qu’ils espèrent.

Plutôt que de voir tout ce qui va encore mal,
ils sauront focaliser leur attention sur ce qui ce qui va déjà bien.

Plutôt que de se chercher des excuses,
ils préfèreront trouver des propositions.

Plutôt que risquer de se retrouver démunis le moment venu,
ils choisiront de développer les automatismes de la réussite et du succès.

Ils pourront ainsi aller de victoires en victoires vers la vie qui les inspire.
Cela deviendra un cercle vertueux.

Pour permettre à vos élèves d’être prêts lorsqu’ils en auront besoin,
Pourquoi ne pas les aider à développer des ressources de résilience alors qu’ils n’y sont pas encore obligés ?

Pour aider vos élèves à développer des ressources de résilience,
cliquez ici

QUOI ? La Méthode du Rebond

Il existe néanmoins un obstacle inhérent à la nature humaine
qui est un des principaux générateurs de stress :

La peur de l’échec

Pourtant il est impossible de gagner sans avoir d’abord perdu.
Il est impossible de réussir sans avoir aussi échouer.
Car c’est à travers l’échec que nous progressons le plus.

C’est grâce à l’échec que nous nous remettons en question
et que nous cherchons ce que nous pourrions améliorer.

Pendant longtemps, j’avais tellement peur de l’échec que je n’osais pas vraiment réussir.
Comme ça, si j’échouais, c’était parce que je ne n’avais pas vraiment essayé.
J’avais une excuse.

Cependant, comme d’autres arrivaient à réussir malgré tout, et surtout malgré eux,
je me suis dit que je devais être au moins à 50% responsable de ce qui m’arrivait.

Alors, j’ai décidé d’assumer le 100% de mes 50%.

Et pour comprendre comment faisaient les champions pour ne jamais abandonner avant d’avoir réussi,
j’ai modélisé ceux qui avaient su résilier et réussir n’importe où, n’importe quand et quoi qu’il arrive.

Grâce à Federer, Usain Bolt, Noah, Elon Musk, Warren Buffet, Tessla, Branson, Steve Job, Nick Vujicic, Martin Luther King, Mandela, Charlie Chaplin, Walt Disney et bien d’autres, j’ai pu identifier certaines ressources qu’ils avaient en commun :

Un niveau d’énergie élevé quoi qu’il arrive,
La capacité de voir des opportunités en toutes circonstances,
Une façon de s’exprimer qui leur donnait le pouvoir d’y croire,
De bonnes habitudes sur lesquelles s’appuyer dans l’adversité.

Bonne et mauvaise nouvelle à la fois :
Mauvaise nouvelle car il n’y avait donc pas de formule magique.
Bonne nouvelle car cela voulait dire que tout le monde pouvait y arriver.

Après plus de 20 ans passés à affuter ces outils en aidant les leaders de demain à transformer leurs obstacles en tremplins,
j’ai créé une Méthode Systémique qui permet aux élèves d’aujourd’hui de transformer le stress qui les limite en une dynamique qui les ressource.

Grâce à 4 outils de résilience pratiques et efficaces, ils deviennent capables de comprendre ce qui les limite et de dépasser ce qui les retient :

Grâce au levier de l’ATTITUDE,
ils peuvent maintenir un état ressource en toutes circonstances.

Grâce au levier du FOCUS,
ils peuvent focaliser leur attention sur ce qui sert leurs intentions.

Grâce au levier du DISCOURS,
ils peuvent choisir les croyances ce qui les motivent.

Grâce au levier des ROUTINES,
ils peuvent entrainer les automatismes de la réussite et du succès.

Le stress est un phénomène issu de millions d’années d’évolution qui ne disparaitra pas plus que les risques qu’il a la bonne idée de nous signaler.
Cependant, il n’est pas supposé nous porter préjudice non plus.

Imaginez les conséquences du stress pour un élève qui n’a pas d’outils pour gérer la pression pourtant inévitable des apprentissages.

Imaginez maintenant ses bénéfices s’il dispose d’outils adéquats
pour transformer n’importe quelle pression qui le limite en une dynamique qui le ressource.

Quels en seront les avantages à court terme, moyen terme et long terme
si vos élèves deviennent maitres de ce qu’ils font avec ce qui leur arrive, quoi qu’il leur arrive ?

Pour aider vos élèves à devenir maitres de ce qu’ils vont faire avec ce qui leur arrive,
pourquoi ne pas leur apprendre à utiliser ces 4 leviers de résilience ?

Pour aider vos élèves à devenir maitres de ce qu’ils font avec ce qui leur arrive,
cliquez ici

PROGRAMME

TEST

  • Comment vos élèves gèrent-ils le stress ?

LE STRESS

  • Fléau ou ennemi qui nous veut du bien ?
  • 3 réponses au stress
  • Les dangers de la tétanisation

LA RESILIENCE

  • Effort & Inconfort
  • La pression qui motive
  • Les Résilients
  • Prévention
  • Changement

L’EXPERIENCE HUMAINE

  • La boucle de rétroaction du cerveau humain
  • Les cercles vicieux
  • Les cercles vertueux

LA METHODE DU REBOND

  • 1er levier de résilience : L’ATTITUDE
  • 2ème levier de résilience : LE REGARD
  • 3ème levier de résilience : LE DISCOURS
  • 4ème levier de résilience : LES ROUTINES

ENTRAINEMENT

  • Va là où tu aimerais te retrouver
  • Regarde ce que tu aimerais voir
  • Dis ce que tu aimerais croire
  • Fais ce que tu aimerais savoir faire

FACE A LA CRISE

Je m’entraine lorsque je n’y suis pas encore obligé,
Pour être prêt lorsque j’en aurai besoin.

Pour organiser un atelier,
cliquez ici

L’art de rebondir

Aujourd’hui, le stress est considéré comme l’ennemi public numéro 1.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, il est l’une des cinq causes à l’origine des maladies auto-immunes et chroniques de notre époque.

Découvrir le livre
Livre l'art de rebondir

James de Traz